Actualités

07 Juin 2017
Réviser le brevet de maths
 
Depuis le début de l’année, les élections ont monopolisé l’attention. Du coup, la réforme du brevet 2017 est passée un peu inaperçue. Pourtant, les changements sont majeurs et à quelques jours de l’épreuve, il faut se poser la question : faut-il réviser le brevet ? Et plus particulièrement (ce qui nous intéresse), faut-il réviser le brevet de mathématiques ?
 
Ce diplôme qui sanctionne la fin du collège affichait un taux de réussite record de 87,9% en 2016, en série générale. Un taux de réussite visiblement insuffisant pour le Ministère de l’Education Nationale car ses conditions d’obtention sont modifiées pour la session 2017. Objectif : se baser de moins en moins sur les notes, et valoriser les compétences, pour diminuer le nombre de « décrocheurs ».
 
Moins de 30% des points dépendront d'épreuves
avec sujets nationaux et anonymat garanti. 
Le reste des points relèvera d'évaluations locales
organisées dans chaque collège.
 
Faisons le tour ensemble des nouveautés pour comprendre le fonctionnement de ce nouveau brevet des collèges.
 

Les compétences mises à l’honneur

Le brevet des collèges était dans la ligne de mire des syndicats depuis plusieurs années déjà. Il était considéré comme archaïque par de nombreux professionnels du milieu. Il était également critiqué par certains parents qui dénonçaient son aspect beaucoup trop stressant pour des élèves si jeunes. En bref, il ne serait plus adapté au système éducatif d'aujourd'hui.
 
Face à une telle situation, la ministre de l'Éducation nationale (Najat Vallaud-Belkacem) a décidé de faire évoluer ce premier examen national. Désormais, il s'obtiendra par le biais d'une double validation : contrôle continu (400 points) et épreuves finales (300 points). Tout élève ayant obtenu 350 points aura son brevet des collèges.
 
Première nouveauté : la part belle est donnée au contrôle continu, ou plutôt dans le jargon de l’Education Nationale « le socle commun de connaissances, de compétences et de culture ». Son évaluation pèsera pour 400 points sur le total des 700 points du brevet. Il n'est plus question ici d'évaluer le candidat sur ses notes en mathématiques, français et autre. Désormais, on évaluera l’acquisition de huit champs d'apprentissage du socle commun, notés de 10 à 50 points. Il s'agit ici de compétences que chaque élève est censé posséder. L'autonomie, la maîtrise du français, les compétences civiques, la culture scientifique sont des éléments qui vont être désormais évalués. Pour chacune des compétences, il faudra juger si l’élève a une « maîtrise insuffisante », une « maîtrise satisfaisante », une « bonne » ou une « très bonne maîtrise ». Ces appréciations seront converties en points. Cela permet de mettre en avant autre chose que les simples connaissances, qui étaient jusqu'alors le seul élément pris en compte.
 
L'ensemble des professeurs devra se réunir pour formuler ces notations, puisque plusieurs compétences sont transversales et concernent deux ou plusieurs matières. Un projet louable, mais une « usine à gaz » du point de vue de nombreux professeurs. Il y a finalement peu de place pour la nuance : comment évaluer la maîtrise d’un élève sur la compétence « comprendre et s’exprimer en utilisant les langages des arts et du corps », combinant musique, dessin et pratiques sportives ? Quel groupe de professeurs pourra attribuer une maîtrise insuffisante à la compétence « formation de la personne et du citoyen » (qui évalue notamment la capacité à vivre en société et « l’acquisition d’une formation morale et civique respectueuse des choix personnels et des responsabilités individuelles »), sans être taxé de stigmatisation ?
 
Voici un exemple d’évaluation pour un élève de niveau faible :
 
Grille Evaluation Elève Niveau Faible
 
Cette grille, peu avantageuse, lui permettra néanmoins d’obtenir 200 points sur 400 !
 
Un niveau de "maîtrise satisfaisante" lors du contrôle continu permettra presque d'obtenir à lui seul le Brevet (320 points sur les 350 points de moyenne nécessaires). En effet, les points attribués pour chaque niveau de maîtrise ont été revus à la hausse pour "rendre l'obtention du DNB plus probable".
 
« Tout diplôme, toute évaluation doivent être facilement compréhensibles par les familles », estime Valérie Marty, la présidente de la PEEP, la deuxième grande fédération de parents d'élèves. Or il est à craindre que cette grille bien compliquée soit difficilement lisible par un parent d’élève loin des préoccupations de l’école… 
 

Un oral dans les épreuves finales

Deuxième nouveauté : les épreuves finales notées sur 300 points incluent une épreuve orale comptant pour 100 points. Autrefois consacrée à l’histoire des arts, l’épreuve est maintenant l’occasion pour l’élève de présenter en 5 minutes un projet qu’il aura mené tout au long de l’année, avant de participer à un échange de 10 minutes avec le jury.
 
Très stressante pour les élèves, cette épreuve est pourtant très intéressante car elle apprend à l’élève à s’exprimer en public, ce qui est rare dans le cursus actuel. De plus, les professeurs font généralement preuve de bienveillance dans leur notation pour saluer l’effort de l’élève dans un domaine qui lui est peu familier. Les notations dépendront des consignes de chaque collège. 
 
Seul bémol : le nombre de points attribués à cette épreuve au regard des autres épreuves écrites.
En effet, à l’issue de l’épreuve orale, l’élève aura couvert 500 points sur les 700 du brevet, soit plus de 70% des points. Il ne reste donc plus que 200 points pour les épreuves écrites anonymes et communes à tous au niveau national, qui pourtant recouvrent 5 matières !
 

Des épreuves écrites étendues à de nouvelles matières

Troisième nouveauté : les épreuves écrites finales, qui elles demeurent bien sur le savoir de l'élève, s’étendent à de nouvelles matières. Les trois épreuves originelles de mathématiques, français et histoire-géographie sont remaniées en deux grandes épreuves notées chacune sur 100 points : mathématiques (2 heures) + sciences expérimentales et technologie (1 heure) d’une part, et français (3 heures) + histoire géographie et enseignement civique et moral (2 heures) d’autre part.
 
Au bout du compte, l’épreuve de mathématiques qui proposera 6 à 7 exercices comme avant, ne pèse plus que 50 points (en fait 45 points + 5 points pour la langue et la présentation) sur 700 au total. Dans la version précédente, cette épreuve au format très semblable pesait 40 points sur 360. 
 
Cette dilution est-elle la résultante d’un échec assez inavouable lors des précédentes sessions ? Car c'est en mathématiques que l'épreuve écrite est généralement la moins bien réussie au brevet : en 2016, la moitié des candidats de la série générale a obtenu moins de 10 sur 20 et la moitié des candidats professionnels moins de 9 sur 20…
 
Nous n’évoquerons pas en détail ici la volonté d’imposer un thème commun tout au long de chaque épreuve, choix qui complique la rédaction des sujets et rajoute à l’effet « usine à gaz ».  
 
Relevé de notes diplôme national du brevet 2017
Reprenons notre élève, qui ne brille pas en mathématiques et en sciences comme son évaluation des compétences le montrait. D’après vous, aura-t-il assez de points avec ce relevé de notes pour obtenir le brevet en 2017 ?
 
Oui ! Cela fait tout juste 350 points.
 
Il est fort à parier que le taux de réussite de 87,9% en 2016 sera atteint, voire dépassé en 2017. Le but de toutes ces réformes est clair : faire progressivement admettre aux élèves, aux parents et aux professeurs qui y sont attachés que les notes sont inutiles dans l'école moderne. En effaçant les notes, on pense supprimer les inégalités. Résultat non garanti…
 

Le brevet, un diplôme qui ne sert à rien ?

Les choix de la réforme suppriment le caractère national du diplôme du brevet pour en faire une évaluation locale en grande partie.
 
Après tout, pourquoi pas ? Le diplôme sera le reflet de l’évaluation des professeurs de l’établissement sur l’élève. Car, in fine, à quoi sert le brevet quand on l’a obtenu ? Ses résultats diffusés en juin ne rentrent pas en ligne de compte pour l’attribution d’un lycée, le passage en classe de seconde n’est pas lié à l’obtention du diplôme, les notes au brevet sont rarement demandées par les professeurs en classe de seconde comme si l’on recommençait à zéro. 
 
C’est bien dommage, car dans le parcours de l’élève, ce moment est important : il se confronte pour la première fois à un examen, et ce diplôme doit lui permettre d’évaluer personnellement son niveau à la sortie du collège. Les notes au brevet sont un indicateur pour l’année de seconde : l’obtention du brevet avec mention est signe d’une maîtrise satisfaisante des connaissances acquises au collège, socle indispensable pour continuer ses études.
 
Donc, ne révisez pas les mathématiques pour obtenir le brevet, mais pour évaluer sérieusement votre niveau et savoir comment doit se passer votre été : studieux et vigilant ou confiant.
Car l’année de seconde est une année charnière, difficile à passer car le niveau augmente soudainement (il faudrait se demander pourquoi un jour).
 
Il faut redorer le blason du brevet et lui donner plus de place dans le cursus. L’institution d’une cérémonie républicaine de remise des diplômes en septembre dans tous les établissements peut y contribuer.
 
Mais allons plus loin dans l’innovation : pourquoi ne pas imaginer l’élève maître de son destin et lui communiquer le nombre de points acquis au fur et à mesure de l’année, pour le laisser piloter son résultat final ? Il est temps de faire confiance aux enfants et de leur donner la main sur leur avenir. Et si nous fixions un nouvel objectif ? Apprendre l’autonomie aux élèves.
 
Pour aller plus loin :
 
Infographie du ministère de l’éducation : votre enfant passe le brevet http://www.education.gouv.fr/cid2619/le-diplome-national-du-brevet.html 
 
Avez-vous le niveau brevet ? Notre quiz gratuit.
 
Révisez le brevet avec notre formule EXPRESS + : 26 épisodes 100% vidéo sur le programme complet de 3ème + 15 épisodes spécial révision du brevet (exercices interactifs + fiches + vidéos).

 

 

 

Partager sur:
17 Mai 2016
Pour la première fois, MaDeuxièmeÉcole organise un stage d’une semaine de révision dans ses locaux pour vous aider à réussir le brevet de maths !

Le brevet de maths n’est pas gagné pour vous ? Vous avez besoin d’un coup de pouce pour réviser et vous habitez sur Paris ?

Participez à notre stage de révision du brevet « nouvelle génération ». Il combine la présence d’un professeur de mathématiques avec l’accès 24h/24 à des ressources multimédia de qualité.


Un professeur de maths

+

MaDeuxiemeEcole
Cours collectif de 2h chaque matin avec un professeur de mathématiques
(soit 10h de cours au total)

 
 
 
Travail personnel sur le site internet MaDeuxiemeEcole.com dès votre inscription
(200 vidéos + 40 exercices interactifs
+ 50 fiches mémoire)

 

Le stage aura lieu du lundi 13 juin au vendredi 17 juin 2016 dans nos locaux (Paris 9ème).

Coût total pour la semaine de stage : 120 €

Depuis 2012, MaDeuxiemeEcole.com, spécialiste des mathématiques en ligne, a développé une méthode de soutien qui allie plaisir et efficacité, avec des vidéos et des parcours interactifs qui favorisent l’autonomie de l’élève. Essayez, vous serez convaincu.

POUR EN SAVOIR PLUS ET VOUS INSCRIRE
CONTACTEZ-NOUS :

Par téléphone : 09 83 08 17 83 (appel non surtaxé)
Par mail : cliquez ici
En ligne : cliquez ici

Attention le nombre de places est limité.


Pour ceux qui n’habitent pas Paris :
travaillez le brevet de maths en ligne ici
!


Partager sur:
31 Mars 2016
Brevet 2015

La fin du collège est marquée par l’obtention du Diplôme National du Brevet (DNB). La réforme tant critiquée n’a pas encore frappé : c’est donc un brevet identique à celui de 2015 qu’auront à passer nos élèves de 3ème

Cette année, les épreuves écrites vont se dérouler les 23 et 24 juin 2016 (pour la France métropolitaine, Réunion et Mayotte) :

  • Français : jeudi 23 juin 2016 de 9h à 12h15
  • Mathématiques : jeudi 23 juin 2016 de 14h30 à 16h30
  • Histoire-géographie-éducation civique : vendredi 24 juin 2016 de 9h à 11h

Ces épreuves écrites sont importantes pour l’obtention du Diplôme National du Brevet mais elles ne font pas tout. En effet, 3 éléments sont pris en compte pour la note finale et l’obtention du diplôme :

  1. les notes de contrôle continu, effectué tout au long de l'année en classe de troisième, dans toutes les disciplines (sauf histoire-géographie-éducation civique) : elles permettent d’obtenir jusqu’à 200 points (20 points x 10 matières).

  2. les notes obtenues à l'examen du brevet : cet examen est composé d'une épreuve orale d'histoire des arts (notée sur 40 points) et de trois épreuves écrites notées chacune sur 40 points : français, mathématiques, histoire-géographie-éducation civique ; soit un total de 160 points.

  3. le "Livret personnel de compétences" qui doit attester de la maîtrise par l’élève du socle commun de connaissances et de compétences : ce livret, rempli par le professeur principal après consultation de l’ensemble des professeurs, est validé par le chef d’établissement.

Pour être déclaré admis, le candidat doit obtenir une moyenne générale au moins égale à 10 sur 20 pour l'ensemble des résultats chiffrés (soit au moins 180 points sur 360) et avoir un livret de compétences validant la maîtrise du socle commun.

À NOTER !

Les candidats de la série générale peuvent bénéficier de points supplémentaires grâce à leurs options (latin, grec, langue vivante régionale, langue de signes, option découverte professionnelle…) : pour ces matières, seuls les points supérieurs à la moyenne de 10 sur 20 obtenus seront ajoutés aux points obtenus en contrôle continu et à l’examen.

Pour les bons élèves, il est possible de décrocher une mention… comme au bac !

CONSEIL :

N’attendez pas la dernière minute pour réviser : en mathématiques, l’élève doit maîtriser toutes les notions apprises en 3ème mais aussi toutes les bases enseignées depuis la 6ème. Retrouvez tous nos conseils pour réussir le brevet de mathématiques dans notre MOOC spécial révision du Brevet.

 

Partager sur:
09 Septembre 2015

En vigueur depuis 1975, le collège unique prévoit que tous les élèves doivent recevoir la même formation secondaire. Il a maintes fois été rénové (1984 : loi Savary, 1989 : loi Jospin, 1993 : loi Bayrou…), mais ces modifications à la marge n’ont pas suffi pour redonner une énergie à un collège en panne. Selon une étude présentée sur le site du Ministère de l’Education Nationale, le collège ne parviendrait pas à atténuer les inégalités sociales et tendrait à les accentuer en mathématiques et dans l'acquisition de la « mémoire encyclopédique ».

Classe Face à ce constat, le Ministère de l’Education Nationale s’est engagé dans une grande réforme du collège unique. Le 20 mai 2015, un décret et un arrêté ont été publiés au Journal officiel pour définir les grands principes qui seront applicables à la rentrée 2016.

Réformer l’Ecole est une besogne difficile : cela ne se fait pas sans heurts, et sans réactions de la part des enseignants et des parents. Pour comprendre les débats chargés de tensions qui ont lieu depuis plusieurs mois et qui vont occuper l’actualité encore longtemps, nous nous sommes penchés sur le sujet.

1/ Quels sont les objectifs de la réforme ?

La réforme du collège 2016 veut favoriser l’apprentissage en combinant davantage la théorie et la pratique : « Mieux apprendre pour mieux réussir ».
Dans ses communiqués, la Ministre, Mme Najat Vallaud-Belkacem, a insisté longuement sur les trois grands objectifs de la réforme :

- Renforcer la maîtrise des savoirs fondamentaux (en introduisant de nouvelles pratiques d’enseignement comme l’interdisciplinarité) ;
- Donner à tous les collégiens des compétences adaptées au monde actuel (deux langues vivantes dès la 5ème, travail de l’expression orale et développement des compétences numériques) ;
- Faire du collège un lieu qui tient compte des spécificités de chaque élève pour permettre la réussite de tous (grâce à de l’accompagnement personnalisé et une marge de manœuvre accordée aux établissements).

En parallèle, une refonte des programmes est engagée : les nouveaux programmes entreront en vigueur en 2016 également.

Les objectifs sont louables, mais pourquoi tant de polémiques depuis l’annonce de la réforme ?

2/ Vraies ou fausses polémiques ?

Le manque de clarté et de précision des textes parus à ce jour a engendré des doutes, des rumeurs et des incompréhensions… Différents points ont fait particulièrement débat : le latin et le grec sont-ils supprimés ? L’avenir de l’allemand est-il vraiment menacé ? Le nouveau programme d’histoire rend-il l’enseignement des Lumières et du catholicisme facultatifs ?
Le Ministère de l’Éducation Nationale a voulu faire « face aux rumeurs et rétablir la vérité » en publiant un « Vrai/Faux sur la réforme du collège en 7 points ».

On y apprend notamment que les nouveaux programmes ne sont pas définitifs, et que Jean Marc Ayrault, ancien Premier Ministre et professeur d’allemand, a constaté que « s’agissant de l’allemand, les choses ont avancé dans la bonne direction ». Ce discours est-il rassurant ? Pas toujours.

Il reste à espérer que le texte final tiendra compte des réactions des professeurs et des parents, qui doivent rester vigilants tout au long du processus d’écriture de la réforme. Si vous souhaitez vous engager dans la bataille, attendez-vous à une tâche ardue : les textes sont longs et pas vraiment faciles à lire.

Une équipe indépendante et bénévole d’une vingtaine de personnes (enseignants et parents d’élèves scolarisés) s’est déjà constituée pour servir de vigie et a créé un site internet où vous pourrez trouver des résumés de l’ensemble des textes : Reformeducollege.fr. Ce groupement réclame en premier lieu plus de clarté dans la communication du Ministère.

En tant que spécialistes des mathématiques pour le collège, nous nous sommes intéressés plus particulièrement au devenir des mathématiques.

3/ Quel avenir pour les mathématiques dans la réforme ?

3 points de la réforme vont impacter les mathématiques :
- La modification du nombre d’heures d’enseignement par niveau,
- L’introduction d’enseignements pratiques interdisciplinaires et d’heures d’accompagnement personnalisé,
- La refonte des programmes.

Le nombre d’heures de mathématiques par niveau

Actuellement, chaque élève a par semaine au minimum 4h de mathématiques en 6ème, 3h30 en 5ème, 3h30 en 4ème et 4h en 3ème, soit 540 heures de mathématiques sur les quatre années du collège.

Le projet prévoit 4h30 par semaine en 6ème et 3h30 les années suivantes, soit un total inchangé de 540 heures sur 4 ans.

Bonne nouvelle, direz-vous ? Pas tout à fait, car actuellement, à ces horaires planchers se rajoutent, dans la plupart des établissements, 1h par semaine d'accompagnement personnalisé en 6ème, et 30 minutes en 5ème et 4ème. Aujourd’hui, il y a donc dans la majorité des collèges 612 heures de mathématiques en 4 ans.

Or ces heures d’accompagnement disparaissent et sont remplacées par la nébuleuse des enseignements complémentaires qui comprennent les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (EPI) et l’Accompagnement Personnalisé.

Les Enseignements Pratiques Interdisciplinaires

Les EPI, selon le projet, doivent permettre de construire et d’approfondir des connaissances et des compétences par une démarche de projet conduisant à une réalisation concrète, individuelle ou collective : l’idée est de rajouter de l’interdisciplinarité et des travaux pratiques en équipe pour motiver les élèves. Il est prévu que 2 à 3 heures hebdomadaires soient consacrées aux EPI. 8 thèmes ont été définis :

• Corps, santé, bien-être, sécurité ;
• Culture et création artistiques ;
• Transition écologique et développement durable ;
• Information, communication, citoyenneté ;
• Langues et cultures de l’Antiquité ;
• Langues et cultures étrangères ou, le cas échéant, régionales ;
• Monde économique et professionnel ;
• Sciences, technologie et société.

Là où l’affaire se gâte c’est qu’il semble que ces heures d’EPI seront prélevées sur les cours traditionnels, et donc pour les mathématiques, elles seront prélevées sur les 540 heures de base.

Ainsi, selon un exemple donné par le site Reformeducollege.fr, un projet interdisciplinaire en Sciences, technologie et société impliquant les mathématiques pourrait diminuer le volume d’heures de cours classiques de maths de 18 heures sur un trimestre !

Les mathématiques gagneront-elles du côté de l’accompagnement personnalisé ?

L’Accompagnement Personnalisé

L’Accompagnement Personnalisé, selon le projet, est une aide apportée à chaque élève pour lui permettre d’acquérir des méthodes, de renforcer ou d’approfondir ses connaissances. Tous les élèves d’un même niveau devront suivre le même nombre d’heures d’accompagnement personnalisé : 3 heures en 6ème et au moins 1 heure en 5ème, 4ème et 3ème.
Les élèves seront regroupés en fonction de leurs besoins et au sein de groupes à la composition variable tout au long de l’année.

Mais là aussi, le texte laisse entendre que les temps d’accompagnement personnalisé seront prélevés sur les heures de cours classiques… Donc 540 heures sera le temps maximum accordé aux mathématiques en 4 ans contre 612 heures aujourd’hui, soit une baisse de 12%.

Une telle baisse ne peut que s’accompagner d’une refonte des programmes.

La refonte des programmes de mathématiques

Le projet de futurs programmes a été publié le 9 Avril 2015 par le Conseil Supérieur des Programmes. Il en ressort que le programme de mathématiques au collège serait significativement allégé (particulièrement en troisième) au profit de l’étude de la programmation et des algorithmes.

Voici un résumé de ce qui est prévu :

Ajouts :

• Algorithmique
• Programmation

Suppressions :

• une grande partie de la géométrie plane,
• une grande partie de la géométrie dans l'espace,
• division d'un nombre décimal par un autre,
• notions d'inverse, de racine carrée et de puissance,
• équations "produit nul" et systèmes de deux équations à deux inconnues.

Source : Lareformeducollege.fr

Le fossé entre la troisième et la seconde en mathématiques est déjà un écueil pour nombre d’élèves qui n’ont pas acquis des connaissances solides au collège. Alors comment cela va-t-il se passer si l’on vide le contenu des programmes du cycle 4 ?

Cet allègement n’est pas du goût de tout le monde : l’Académie des Sciences a donné son avis dans son communiqué du 27 mai 2015. Elle «s’inquiète […] du manque d’ambition et de la perte significative de contenu. Ces programmes sont construits autour de «compétences» plutôt que de «connaissances», réduisant encore un peu plus la part de l’instruction dans notre système éducatif.»

Le communiqué regrette également que « les mathématiques […] semblent isolées des autres sciences et ont même perdu presque entièrement ce qui fait leur substance : la capacité de démontrer ce qu’on y affirme ».

Pour conclure (et nous conclurons avec ces éminents spécialistes), l’Académie des Sciences met tous ses espoirs dans les professeurs qui « auront à cœur d’interpréter ces programmes de la manière la plus libre possible et […] sauront transmettre de véritables contenus ambitieux, en les adaptant à chaque classe. »

Le professeur doit avoir de l’ambition pour ses élèves et les tirer vers le haut. Encore faut-il arriver à recruter et former des professeurs de mathématiques : la pénurie est plutôt de mise aujourd’hui. Ce qui est un autre sujet épineux…

Participez à notre sondage


Pour en savoir plus :

Education.gouv.fr
Reformeducollege.fr
Academie-sciences.fr
Projet de programme pour le cycle 3 (6ème)
Projet de programme pour le cycle 4 (5ème, 4ème, 3ème)

Partager sur:
26 Juin 2015

C’est l’été : l’heure des vacances a sonné. Mais cette heure va-t-elle bientôt changer ? La réforme en cours a déjà prévu des changements majeurs pour 2016. Pour autant, vivons-nous les dernières « grandes vacances » cet été ?

Depuis 1882 et la mise en place de l'école laïque et obligatoire, le calendrier des vacances scolaires n’a cessé d’être modifié au gré de nombreux essais et expérimentations. Décentralisée au niveau de 28 rectorats dans les années 80, sans grand succès, la fixation du calendrier est maintenant réalisée au niveau national, avec un zonage pour les vacances d’hiver et de printemps.
 

Nos vacances d'été préservéesNos vacances d’été préservées

Depuis 1882, les congés d'été ont été progressivement rallongés, des essais de zonage et de dates de rentrée différentes ont été expérimentés. Souvenez-vous de Vincent Peillon, alors Ministre de l’Education, qui s’était prononcé dès 2012 en faveur de la réduction des vacances d’été à six semaines, réparties en deux zones.

L’objectif de ce nouveau zonage des vacances d’été était d'étaler "progressivement" l'année scolaire sur 37 à 38 semaines, contre 36 semaines, voire 35 avec les ponts à l'heure actuelle, alors qu'il y a 40 semaines de cours en Allemagne. Il préconisait durant l’année une alternance de sept semaines de cours et de deux semaines de vacances.

Nous vous avions interrogé en 2013 à ce sujet et la réponse avait été majoritairement contre ce zonage (à 53%). Devant le tollé général de l’époque, le projet avait été repoussé en 2015. Pas un mot pour l’instant, mais le sujet pourrait réapparaître…


 

Rentrée 2015 : août épargné

Selon le calendrier établi en janvier 2014 par l’Education Nationale, la rentrée scolaire aurait dû être fixée au vendredi 28 août 2015 pour les enseignants et au lundi 31 août 2015 pour les élèves, empiétant sur les derniers jours du mois d’août.

Devant le mécontentement des professeurs et des parents d’élèves, le ministère de l’Education Nationale avait reculé. Il a finalement instauré un nouveau calendrier scolaire qui décale de quelques jours les dates de la rentrée : cette réforme fixe systématiquement la date de la reprise des cours au 1er septembre au plus tôt pour les élèves.

Notez donc les dates suivantes pour cette année :

  • Prérentrée des enseignants : Lundi 31 août 2015
  • Rentrée scolaire des élèves de la maternelle jusqu’au lycée : Mardi 1er septembre 2015


Vacances 2016 : des changements confirmés

Si vous n’avez pas suivi le débat, sachez que la réforme territoriale qui réduit le nombre de régions à 12 + la Corse (pour ne pas dire 13) va bousculer la carte des zones de vacances scolaires dès le 1er janvier 2016.

En effet, pour tenir compte du nouveau découpage des régions, le ministère de l’Education Nationale a modifié les zones scolaires. Car, parmi les nouvelles régions, trois d’entre elles comportent des académies qui relèvent aujourd’hui de zones de vacances scolaires différentes. C’est le cas des régions Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine ; Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes ; Basse-Normandie et Haute-Normandie.

Il faudra donc être attentif à ces nouvelles zones pour réserver vos vacances d’hiver et de printemps 2016 :

Nouvelles zones de vacances scolaires 2016

  • Nouvelle zone A : académies de Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon et Poitiers.
  • Nouvelle zone B : académies d'Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen et Strasbourg.
  • Nouvelle zone C : académies de Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse et Versailles.

Grâce à ces modifications de zones, l’alternance souhaitée de 7 semaines travaillées et de 2 semaines de congés est presque respectée. L’exception du troisième semestre fait de nouveau débat, notamment dans les fédérations de parents d’élèves, puisque selon les zones les grandes vacances d’été n’arriveront qu’après 11 semaines travaillées. La ministre de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, justifie ces changements par la volonté d’une meilleure répartition géographique afin de mieux gérer les flux de vacanciers, notamment en direction des Alpes.

Et le pont de l’ascension en 2016 ?

Bonne nouvelle de ce côté : le pont de l’Ascension sera accordé à tous sans exception en 2016. Il n'y aura donc pas classe le vendredi ni le samedi qui suivent le jeudi de l'Ascension.

En attendant ces changements, nous vous souhaitons de bonnes vacances 2015, mais aussi de superbes révisions d’été avec MaDeuxiemeEcole.com, pour être au top en maths à la rentrée !

Partager sur:
15 Avril 2015
Brevet 2015

La fin du collège est marquée par l’obtention du Diplôme National du Brevet (DNB). Cette année, les épreuves écrites vont se dérouler les 25 et 26 juin 2015 (*) :

  • Français : jeudi 25 juin 2015 de 9h à 12h15
  • Mathématiques : jeudi 25 juin 2015 de 14h30 à 16h30
  • Histoire-géographie-éducation civique : vendredi 26 juin 2015 de 9h à 11h

Ces épreuves écrites sont importantes, mais sachez que trois éléments sont pris en compte pour l'obtention de ce diplôme :

  1. les notes de contrôle continu, effectué tout au long de l'année en classe de troisième, dans toutes les disciplines (sauf histoire-géographie-éducation civique) : elles pèsent pour 200 points dans la notation du brevet (20 points x 10 matières).
     
  2. les notes obtenues à l'examen du brevet : cet examen est composé d'une épreuve orale d'histoire des arts (notée sur 40 points - coefficient 2) et de trois épreuves écrites notées chacune sur 40 points (coefficient 2) : français, mathématiques, histoire-géographie-éducation civique.
     
  3. le "Livret personnel de compétences" qui doit attester de la maîtrise par l’élève du socle commun de connaissances et de compétences : ce livret, rempli par le professeur principal après consultation de l’ensemble des professeurs, est validé par le chef d’établissement.

Pour être déclaré admis, le candidat doit obtenir une moyenne générale au moins égale à 10 sur 20 pour l'ensemble des résultats chiffrés (soit au moins 180 points sur 360) et la maîtrise du socle commun (voir la vidéo « Le brevet c’est chat ! »).

À noter !

Les candidats de la série générale peuvent bénéficier de points supplémentaires grâce à leurs options (latin, grec, langue vivante régionale, langue de signes, option découverte professionnelle…) : pour ces matières, seuls les points supérieurs à la moyenne de 10 sur 20 obtenus seront ajoutés aux points obtenus en contrôle continu et à l’examen.

Nos conseils pour préparer l’examen de mathématiques :

En mathématiques, un à deux mois avant la date fatidique de l’examen, commencez à reprendre une à une les notions apprises au cours de l’année pour s’assurer qu’elles sont maîtrisées. Les vacances de Pâques peuvent être employées à ce travail de fond.

Les élèves disposent en général de deux semaines entre la fin des cours et les examens écrits. Ce temps doit être employé à la confrontation directe avec les épreuves des années précédentes au moins pour deux raisons :

  • Mesurer sa rapidité et son endurance :

    L’épreuve de mathématiques dure deux heures et comporte 6 à 10 exercices ! Il faut tenir et apprendre à utiliser au mieux ces 2 heures. Imprimez un sujet complet et enfermez-vous pendant 2 heures pour voir jusqu’où vous allez.
     
  • Se « frotter » aux énoncés très particuliers de l’examen :

    Depuis 2012, l’Education Nationale insiste pour que les exercices reflètent des situations très concrètes ! On y rencontre le bricoleur qui veut réaliser un abri de jardin avec 300 parpaings, Pascal qui étudie la hauteur d’un cône de sel dans les marais salants, Léa qui compare les prix des cahiers dans trois magasins, Pauline qui veut savoir si ses feux de croisement sont bien réglés ou encore Marc qui utilise des bottes de paille pour isoler le toit d’un bâtiment… Chacun se trouve confronté à un problème que les mathématiques vont aider à résoudre !

    C’est une bonne illustration du fait que nous côtoyons sans cesse les mathématiques dans notre vie quotidienne, mais cela peut être très déroutant pour des élèves habitués à des exercices purement théoriques. Pour résoudre ces exercices, il faut souvent, en plus des notions mathématiques, user de bon sens.

Retrouvez tous nos conseils dans notre MOOC spécial révision du Brevet de maths.

(*) Ces dates s'appliquent à tous les candidats de France métropolitaine, de La Réunion et de Mayotte. Pour les candidats de Guadeloupe et de Martinique, ainsi que de Guyane, la répartition des épreuves et les horaires ont été adaptés sur les dates des 25 et 26 juin 2015.

 

Partager sur:
11 Février 2015

France Télévisions a lancé il y a plusieurs mois le site FranceTV éducation, plateforme éducative des parents, des élèves et des enseignants.

Elle propose une offre de contenus multimédias gratuits à caractère éducatif, pour favoriser l’accès à la culture et aux connaissances et faciliter l’accompagnement de la scolarité et de l’orientation.

La plateforme s’organise autour de 6 grands thèmes : apprendre, jouer, s’orienter, décrypter, accompagner, enseigner.

Vidéos mathématiques Ma Deuxième Ecole sur FranceTV éducation

Dans la thématique APPRENDRE / Sciences / Mathématiques, vous pouvez retrouver depuis janvier 2015 une quarantaine de vidéos Ma Deuxième Ecole pour apprendre les mathématiques de la 6ème à la 3ème. Loin des tutoriels classiques ou des anecdotes qui laissent sur sa faim, nos vidéos sont des cours complets animés par de vrais professeurs, sur des tableaux numériques interactifs, avec des exercices d’application qui vous permettent de maîtriser complètement une notion du programme officiel de mathématiques une fois la vidéo terminée. Un bon rattrapage pour les élèves qui n’ont pas bien suivi en classe !

Quelques exemples de vidéos que vous pouvez retrouver sur Francetvéducation :

Francetvéducation a sélectionné 10 vidéos par niveau parmi nos 650 vidéos : cette petite sélection vous permettra de mieux nous connaître et de prendre goût à notre méthode d’apprentissage par la vidéo.

Pour compléter votre apprentissage, plus la peine d’errer sans fin sur internet : notre plateforme regroupe toutes les vidéos de maths de  la 6ème à la 3ème, et couvre 100% du programme officiel. Quelques exemples de ce que vous pouvez trouver sur notre plateforme d’apprentissage :

Pour combler vos lacunes en mathématiques, il n’y a pas d’âge, il n’y a pas d’horaires d’ouverture : pensez à la solution Ma Deuxième Ecole, accessible à tous 24h/24 et 7j/7.

 

 

Partager sur:
17 Septembre 2014

Les MOOCs (pour MASSIVE OPEN ONLINE COURSES) sont des cours en ligne ouverts à tous. Le concept est récent puisqu’il date de 2008, avec une accélération significative depuis 2012. Stéphane Toullieux, fondateur de TLLX et co-fondateur de MaDeuxiemeEcole.com, pionnier des MOOCs pour enfants, s’est intéressé au financement de ces plateformes de cours en ligne et de la production de leur contenu. Il livre ses premiers constats dans l’article « MOOConomie : comment financer le contenu de la révolution edtech ? » partagé sur Slideshare.

Sa réflexion s’appuie sur une présence à plusieurs colloques et conférences en France comme à l’étranger, à la lecture de livres et articles fondateurs et surtout à notre expérience de praticiens de la production de MOOCs.

En quelques mots :

  • Le succès des MOOCs est considérable et dépasse en volume toutes les estimations initiales (plus de 7 millions d’abonnés à Coursera en moins de 2 ans…)
     
  • Nous sommes au début d’une belle révolution dont les modèles économiques ne sont pas encore stabilisés. 
     
  • Les MOOCs ne sont pas de simples vidéos statiques de professeurs. La production d’un MOOC de qualité implique professeurs, ingénieurs pédagogiques, développeurs informatiques, équipes vidéo… Les coûts sont dès lors significatifs.
     
  • Au « tout gratuit » succèdent aujourd’hui certificats payants, modules payants, publicité, utilisation des données des étudiants, implication budgétaire des universités…
     
  • Des formats allégés et dédiés apparaissent : Mooclets et Spocs
     
  • Entreprises et MOOCs : l’histoire reste encore à écrire…
     

Nos convictions :

  • Les MOOCs ne se substitueront pas aux enseignants mais sont un outil supplémentaire à leur disposition pour améliorer et accélérer la transmission des savoirs. 
     
  • Le monde francophone a largement sa place dans la production et la diffusion des MOOCs : 250 millions de francophones nous attendent.
     
  • Enseignants, startups, entreprise et Etat : des partenariats à inventer 
     

Chez Ma Deuxième École, nous sommes particulièrement heureux de participer à cette belle révolution !

Pour lire l’article complet – MOOConomie : comment financer le contenu de la révolution edtech ?

 

 

Partager sur:
02 Juillet 2014

L’été est une période propice pour rattraper le retard accumulé pendant l’année et travailler sur ses points faibles. Travaillez les mathématiques 10 min. par semaine en suivant le programme gratuit de Ma Deuxième Ecole.com : une nouvelle vidéo tous les mercredis.

Au programme : Vidéos Maths 5ème

Nous allons travailler deux sujets qui sont souvent traités en fin de programme, donc très rapidement, alors qu’ils sont indispensables à maîtriser pour la 4ème et la 3ème : les coordonnées d’un point dans un repère (abscisse et ordonnée) et le vocabulaire statistique (effectif et fréquence).

  • Du 02/07/2014 au 08/07/2014 : placer un point sur une droite graduée
    (cours + exercice – 6’01)
  • Du 09/07/2014 au 16/07/2014 : lire les coordonnées d’un point dans un repère orthogonal
    (cours + exercice – 15’02)
  • Du 17/07/2014 au 22/07/2014 : placer un point dans un repère orthogonal
    (cours + exercice – 6’04)
  • Du 23/07/2014 au 29/07/2014 : définition de l’effectif d’une série statistique
    (cours + exercice – 12’46)
  • Du 30/07/2014 au 19/08/2014 : définition de la notion de fréquence
    (cours + exercice – 8’25)
  • Du 20/08/2014 au 26/08/2014 : construire des diagrammes circulaires ou semi-circulaires
    (cours + exercice – 9’47)
  • Du 27/08/2014 au 03/09/2014 : construire des diagrammes en bâtons
    (cours + exercice – 6’40)

Au programme : Vidéos Maths 4ème

Au cours de l’année de 3ème, les expressions littérales, la factorisation, la distributivité et les équations avec inconnue seront utilisées dans presque tous les cours de maths, en géométrie comme en algèbre. Il est donc indispensable de revoir ces notions vues pour la première fois en 4ème pour les maîtriser avant la rentrée.

  • Du 02/07/2014 au 08/07/2014 : utiliser des expressions littérales (cours + exercice – 8’12)
  • Du 09/07/2014 au 16/07/2014 : calcul littéral et factorisation (cours – 5’20)
  • Du 17/07/2014 au 22/07/2014 : calcul littéral et distributivité (cours + exercice – 7’51)
  • Du 23/07/2014 au 29/07/2014 : formule de la double distributivité (cours – 7’48)
  • Du 30/07/2014 au 19/08/2014 : définition d’une équation (cours – 8’22)
  • Du 20/08/2014 au 26/08/2014 : résoudre une équation (cours – 8’36)
  • Du 27/08/2014 au 03/09/2014 : résoudre une équation avec des écritures fractionnaires (cours – 4’48)

 

Partager sur:
07 Mai 2014
En avril, Ma Deuxième École a organisé un stage de remise à niveau en mathématiques dans le cadre de l’A.E.C.S, une association du 17ème arrondissement de Paris proposant du soutien scolaire aux enfants défavorisés du quartier.
 
Pendant la première semaine des vacances de Pâques, du lundi au vendredi de 10h à 12h, cinq jeunes de 5ème qui n’ont pas la chance habituellement de suivre ce genre de stage ont pu découvrir et s’entraîner sur la plateforme d’apprentissage de Ma Deuxième École, accompagnés par deux membres de notre équipe.
 
Bilal, Dissama, Mélina, Souleymane et Sana ont participé activement et avec plaisir à ce stage : il faut croire qu’ils se sont même amusés, car à la fin de la semaine, ils ont demandé la date du prochain stage !
 
Test utilisateur Ma Deuxième École / Association - Enfant Professeur Les sessions alternaient cours collectif animé par un professeur et travail individuel sur la plateforme, une organisation qui permet à la fois de partager entre apprenants et de mesurer la progression personnelle de chaque enfant. Nous l’avons constaté, l’utilisation de la plateforme d’apprentissage Ma Deuxième École favorise la concentration de chaque participant lorsqu’il travaille un exercice et c’est aussi un moment privilégié où l’animateur peut accompagner un stagiaire de manière individualisée sans que les autres ne s’ennuient.
 
Les jeunes apprécient le travail sur la plateforme car l’effort à fournir leur semble moins difficile. Bilal résume son expérience par ces mots : « à la fois on s’amuse et cela nous permet de mieux comprendre ». Il a fallu cependant rappeler quelques méthodes de travail : il est important d’avoir un papier et un crayon à côté de l’ordinateur pour travailler efficacement, il est essentiel de bien lire et relire ce qui est écrit dans l’énoncé, et les commentaires donnés suite à une erreur doivent être lus attentivement pour progresser.
 
Test utilisateur Ma Deuxième École / Association - EnfantLes stagiaires ont noté qu’il est toujours profitable de revoir un cours en vidéo et de refaire un exercice, pour améliorer son score et mieux comprendre. Dissama constate avec le sourire : « avec les vidéos ça rentre mieux et après ça reste, c’est comme la musique ».
 
Nous remercions les participants pour ces beaux commentaires ! Et nous leur disons « à bientôt » pour le prochain stage !
Partager sur:

Pages

Subscribe to Actualités

Retour haut de page